Les cigales et la fourmi, Médéa Azouri, L’Orient-Le Jour, samedi 9 juin 2012

On n’a jamais su ce qu’ils faisaient vraiment. Toujours bien habillés, la chemise blanche légèrement entrouverte, la veste parfaitement taillée, la ceinture Hermès dorée, le pantalon à pinces et aux pieds, des Berlutti faites sur mesure. Ils sont beaux, présentent bien. Ont des airs de businessmen, parlent plusieurs langues et manient avec dextérité iPad, iPhone et ordinateur portable. Sauf que ce ne sont pas vraiment leurs rendez-vous professionnels dont ils s’occupent. Des transactions boursières bien sûr, le contenu de leurs portefeuilles d’actions et Angry Birds ou Bejeweled sont les applications qui occupent tout l’espace. C’est qu’un petit outil technologique, ça donne de la contenance. Surtout à un glandeur. Ça fait genre je bosse, je suis débordé, j’en peux plus. Mais de quoi au juste ? De pas grand chose. La glande est le sport national masculin. Ceux qui s’y adonnent, aiment errer de restos en cafés, de plages en bars, de parties de poker en afters. Ils sont là, réunis autour d’un capuccino chez/au Lina’s, Paul, Castel, Sô, Cocteau, traînent à l’ABC, aux Souks. Zyeutent des minettes, retraînent. Déjeunent et font durer le repas jusqu’à pas d’heure. Font un tennis à 15h, un massage à 16h30 et un happy hour à 17h. Un homme qui glande, c’est souvent surprenant. Mais pas au Liban. Ici, aucune honte en ce qui concerne le chômage choisi. Ici, quand on est rentier/héritier, on n’a pas besoin de travailler. Même pas de faire semblant. Pourquoi le faire d’ailleurs ? Pourquoi essayer de prouver qu’on bosse quand la chose la plus importante est de se prélasser. C’est vrai. Propriétaire d’un terrain, on le loue comme parking. 3 000LL par ci, 5 000LL par là. Vu le nombre de voitures qui se garent par jour, y’a de quoi faire péter le champagne le soir venu. Du champagne à flots dans ce rooftop qu’est le nôtre. Eh oui, parce que le glandeur assure toujours qu’il est le proprio d’un endroit, même s’il n’a que 2% des shares. Il y va, consomme, fait consommer et finalement rentre dans ses frais. Il se rembourse ses nuits torrides. Et se transforme en chauffeur de salle. Faut bien que le business roule. Comme ça le lendemain, il pourra se réveiller vers 10-11h, retrouvera son PT et ira à la plage. Le glandeur aime se dorer au soleil. Speedo ou boxer relevé sur le haut des cuisses, il végète. À l’ATCL, au Sporting, à l’Orchid, à Eddé Sands. Sans aucun complexe. Il déjeune en terrasse et quel que soit le jour de la semaine, on le trouvera posé sur cette même chaise, à cette même table. Genre président de la république. Le glandeur a ses habitudes. Il aime qu’on le connaisse, salue le serveur qui se demande pourquoi tous deux suent sous le soleil, mais pas pour les mêmes raisons, a son menu préféré, sa bière préférée. Il aime aussi, le cigare à la main, qu’on sache qu’il est là. À cet emplacement qui, après sa mort, portera son nom. Comme la chambre d’un hôpital ou la salle de conférence d’une université. Ici glande pour l’éternité notre ancien habitué. Cet inconditionnel de la vie sociale, cette concierge au masculin. Qui sait tout de tout le monde. Il s’emmerde tellement, même s’il ne l’avoue pas, qu’il passe le plus clair de son temps à BBMer à ses copains, et à bavarder avec le maître d’hôtel/coiffeur/voiturier pour avoir les dernières nouvelles du jour. Une fois le mois d’août arrivé, il ira se poser sur les terres arides de la montagne de Faraya/Faqra. Jouera à la tawlé, boira du rosé et offrira son poitrail aux rayons solaires qui viendront le caresser. Il glandouillera avec ses potes, PDG qui n’en foutent plus une depuis longtemps et personne ne s’étonnera de les voir papoter avec leurs amies glandeuses. C’est que ces hommes-là sont availables. Ils font du vélo. Font du shopping. Font la bringue… Sincèrement, parfois ils sont à envier. Pas toujours mais quelques fois quand même. Et puis ils sont pratiques. Et souvent sympathiques. Normal, no stress. Sauf pour nous. Parce qu’une fois rentré(e) du boulot, on n’a pas forcément envie de ressortir faire la java. Bref, nous, on se contentera d’une glande hebdomadaire, d’un après-midi de glande ou d’une soirée de glande. C’est ça le vrai bonheur. Voler un peu de temps.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s