Moi aussi – Médéa Azouri, L’Orient-Le Jour, samedi 16 février 2013

 

Maman, comment on sait qu’on est amoureux ? Souvent c’est quand on a l’air con. Est-ce que c’est quand on voit la fille pour la première fois ? Ah non, ça c’est plutôt un coup de foudre. Comme dans les dessins animés quand deux personnes se tiennent la main et qu’il y a de l’électricité ? Oui, c’est un peu comme ça. Quand le cœur bat vite, qu’il s’emballe sans avoir crié gare. Et qu’on devient impatient. C’est quoi impatient ? Hayété, c’est  quand tu n’en peux plus d’attendre l’autre. Quand tu trouves que les heures deviennent interminables. C’est quand tu sens que tu ne peux plus te passer de sa présence. Ah bon mam ? Mais l’amour alors c’est pour la vie ? Parfois oui, souvent non chéri. Donc il y a un jour où il y a un des deux qui dit à l’autre qu’il ne l’aime plus ? Quelque fois ça se passe comme ça. Quelque fois, on sait tous les deux que c’est terminé. On peut tomber amoureux de plein de filles ? Oui si tu veux et surtout si tu le peux. On a plusieurs histoires d’amour dans la vie. Des histoires courtes, des histoires plus longues. Ça dépend de toi, ça dépend de l’autre. Moi, je n’aime que toi. Quand je serai grand je veux t’épouser parce que tu es la plus belle. Évidemment. Encore heureux que tu penses que je suis la plus belle. Elle en bavera celle qui tentera de le séduire. Elle ne sait pas qu’elle tentera le diable. Quand ? Comment ? Pourquoi ? Qui ? Et ça défile. Une série de questions posées en prenant son bain, en voiture, en lisant un bouquin, devant la télé, en mangeant des spaghettis, avant de fermer les paupières. Allez trouver la bonne réponse. Celle qui correspond à l’âge. Celle qui ne nous mettra pas aussi mal à l’aise que la phrase sortie en toute innocence. Mon zizi est dur, mon kiki bat plus vite quand je suis contente. Comment les graines du papa rentrent dans le ventre de la maman ? On tire avec un pistolet ? Euh… le choux, la rose, la cigogne ? Impossible, ça ne marchera pas/plus. Surtout que coincé dans l’autocar, entre une ado pré pubère de 12 ans et un acnéique de 15 ans, le petit en entend des vertes et des pas mûres. Dire les choses simplement à un gamin parce que lui est dans la vérité comme tous les enfants, alors que les adultes en ont peur. Déjà qu’on leur a menti pendant quelques années sur le Père Noël ou la Petite Souris, vaut mieux éviter de continuer. Bonjour la confiance après. On change les mots, on romanise, on édulcore un peu et ça donne un joli résultat. Et quand on ne sait pas et bien on dit qu’on ne sait pas. C’est mieux que de sortir une connerie. Mam, pourquoi il l’a traité de pédale ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Parce que c’est un con. Je ne veux jamais t’entendre dire « pédé » à quelqu’un. Un homme qui aime un homme, ce n’est pas une insulte. C’est une histoire d’amour. Je sais mami. C’est comme les lesbiennes, ce sont des femmes qui aiment des femmes. Mais dis-moi d’où sais-tu tout ça ? Je le sais. Tu dois le savoir mieux que nous d’ailleurs et depuis bien plus longtemps. À chaque âge sa question. À chaque âge sa réponse. À chaque âge sa théorie. Il y a quelques années, tu disais que les bébés étaient d’abord dans le cœur avant de descendre dans le ventre, aujourd’hui tu sais comment on fait. Faire l’amour, ce câlin spécial qui t’intrigue tant. Sont malins ces gosses, ces neveux, ces nièces qui nous coincent dos au mur, face à la réalité. Cette réalité qu’on ne veut souvent pas voir : c’est qu’ils ont grandi. Ils tombent amoureux. Se coiffent avant de recevoir une amie de classe, changent de robe pour se faire belle avant d’aller déjeuner chez le petit voisin. C’est ça l’amour. Le vrai. Celui qu’on a tous connu quand nous étions bien plus jeunes. Celui qu’on n’oubliera jamais. Karim de la 10e B. Karim et ses grands yeux bleus. Layla avec qui on a vécu une jolie histoire en classe de neige, planqués sous les flocons, à l’abri des regards des camarades de la 6e rouge. Un premier baiser, un premier vrai rendez-vous, une lettre, un message, une fleur, un cadeau et un ours blanc en polyester avec un cœur rouge dans les bras, vestige de la Saint-Valentin d’il y a deux jours. Dis-moi, ne serais-tu pas amoureux toi ? Noooon, je déteste les filles. Sauf Claudia.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s