In the mood for mode – Médéa Azouri, L’Orient-Le-Jour, samedi 3 août 2013

Il n’y a pas que la mode qui soit à la mode. En tout cas, comme un peu partout dans le monde, au Liban, il n’y a pas que la mode qui soit à la mode. Des vêtements à la bouffe, en passant par les voyages, le sport, le sexe ou les restaurants, il suffit de lire les magazines français ou américains et les revues libanaises pour comprendre que tout est sujet à être tendance. Au Liban, plus qu’ailleurs, parce que le pays est tout petit et que tout le monde connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui a essayé tel régime, qui a acheté ces shoes, qui a été à telle soirée, qui a tenté la taboulé de quinoa ou le macaron au roquefort. Petit pays, grandes manies et moutons de panurge. Et même si on refuse d’acheter le même sac Birkin ou le Love de Cartier, on tentera quand même le régime de Dr Hollywood ou la détox jus de fruits. On se mettra au kalé, ce nouveau légume qui sera supplanté par le choux rave l’année prochaine. Comme on s’est mis un jour aux tomates cerise, à l’iceberg ou aux sushis. Il y a vingt ans, on n’aurait jamais imaginé manger du poisson cru ou leurs œufs calés dans un rouleau d’algues. Du cru, on ne connaissait que la kebbé ou la asbé. Et bien, aujourd’hui, il y a des restos japonais un peu partout, comme il y a des trattorias (parfois de luxe) à tous les coins de rue. Et maintenant, depuis 2 ans, c’est le burger qui a la côte, talonné de près par le shawarma nouvelle généraion. King of Shawarma, Shawarmademocraty, Shawarmanga, bref, c’est le sacre du tarator. Tout comme celui du quinoa qu’on retrouve à toutes les sauces (c’est le cas de le dire), celui des produits sans gluten, du oat bran ou celui du raifort qui arrive en force pour remplacer la moutarde. Et comme tout le monde s’est mis à la healthy life, faut se mettre au sport. Il y a eu le powerplate, l’elleptical et dorénavant le PT. L’entraîneur personnel pour les intimes. Celui qui fait suer, celui qui a fait maigrir X, celui qui a rendu sa taille de guêpe à Y. Ces bonnes femmes (et ces bons hommes) qui ont fait Dukan il y a 3 ans, Montignac il y a 20 ans, Atkins chaque quelques mois, le régime hyper protéiné de Hariri il y a une quinzaine d’années. Ah ben oui, au Liban, il y a aussi la mode des médecins. Des gynécos, des pédiatres et même des dermatos. Mais c’est le plasticien qui remporte la palme du it doctor. C’est qu’il a fait les seins, le lifting, les nez du tout Beyrouth, on va donc chez lui. On y va en Toms. Ces espadrilles qui ont envahi le marché libanais cet été. L’année dernière, seuls quelques happy fews en avaient rapporté de l’étranger, cet été, tout Beyrouth en a aux pieds. Sans vraiment savoir que le concept de cette chaussure est à but caritatif. Qui ramènera les Dr Martens (tiens encore un doc) l’hiver prochain puisque c’est la (re)tendance chez les ados ? C’est qu’on a besoin de ces chaussures de marche pour arpenter ces forêts qu’on veut préserver et ces vieilles maisons qu’on veut sauver. L’écologie est ultra trendy. Ce grand combat pour le dernier héritage que l’on lèguera à nos enfants est mené tambours battants par plein de libanais qui roulent en 4×4 polluants. D’ailleurs les combats, c’est bien. Grâce aux réseaux sociaux, on fait partie d’ONG, de groupes de soutiens ou d’œuvres caritatives. Et on s’emballe pour des causes dont on ne sait pas grand chose. Mais c’est sympa et puis ça ne prend pas trop de temps de pondre un status sur FB. Facebook ou le nouveau salon littéraire et politique version 2.0 où tout le monde se veut analyste. Comme tout le monde se prend pour Helmut Newton via Instagram. Et que je t’inonde avec des portraits (de moi), mes plats du jour, mes fringues parce que je suis une modeuse (ça ne s’invente pas) ou mes mioches sous toutes les coutures façon Anne Geddes. Idem pour les nouveaux Zidane du vélo, les Lance Armstrong en devenir. On croise de plus en plus de cyclistes en cycliste accompagnés de leurs gamins en maillots de foot estampillés Barça ou Manchester. Ces gamins qui font des activités en vogue. Un coup ce sont les échecs, un coup le kali, la méditation transcendantale, la lévitation, l’hypnose. Et les camps de vacances à l’étranger. C’est à la mode quoi. Comme Mykonos, la seule île grecque que les Libanais connaissent. Comme le Liban aussi. Le Liban qui revient à la mode. Le Liban, sa nourriture (c’est très branché de servir de l’arak à la mûre lors d’un dîner), ses traditions, sa musique et même ses régions. Mais ça, c’est une mode qu’on aime.

Publicités

Une réflexion au sujet de « In the mood for mode – Médéa Azouri, L’Orient-Le-Jour, samedi 3 août 2013 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s