Dis-moi tout – Médéa Azouri, L’Orient-Le Jour, samedi 15 novembre 2014

«Tu as quel âge?» C’est le genre de question qu’on n’aime pas entendre. Soit on se trouve trop jeune, soit pas assez. Combien tu gagnes? Combien ça coûte? Combien tu as payé? Es-tu heureux? Tu l’aimes encore?

On connaît par cœur le côté intrusif des gens que l’on côtoie. On sait qu’ici, plus qu’ailleurs, on aime tout savoir des autres. Que les autres aiment particulièrement s’introduire là où ils ne sont pas invités. Ça, on le sait et ça ne surprend plus. On en joue, on en rit, on répond, on tacle, on envoie paître sur les roses ou le fumier. Et surtout on ne cherche plus à comprendre. Aimer tout savoir de son prochain est inscrit dans notre ADN comme la drague chez tout Italien qui se respecte ou l’ultra-efficacité des Germaniques. Chez nous, l’intrusion, c’est sport national. Par contre, ce que l’on ne réalise pas du premier coup, c’est que l’impudeur dans le questionnement chez les autres réside aussi dans le «dévoilage». Pas comme dans l’exhibitionnisme ostentatoire que l’on connaît ou l’étalage de richesses et de biens. De photos de bonheur sur les réseaux sociaux ou du dernier voyage qu’on a fait aux Maldives. Non. Le plus surprenant dans cette histoire, c’est qu’on est passé en mode confidences. Confidences impudiques. Pas sur oreiller, ni au confessionnal, ni sur un divan, ni dans le « Courrier des lecteurs ». Non. Ces aveux se font comme ça. En plein milieu d’une conversation de courtoisie. Devant la tête de gondole des lessives au supermarché. Dans la salle d’attente de l’orthodontiste ou dans les vestiaires de la salle de gym. «Tu en as de la chance d’avoir divorcé, ça ne va pas du tout avec ma femme.» «Tu l’as quitté parce que tu avais un amant? Moi ça fait deux ans que je me tape un homme marié.» Ah mais je ne veux pas savoir. Parce que, à la base, je ne savais pas que ça n’allait pas. Et parce qu’on n’a pas élevé les vaches ensemble ni donné à manger aux chèvres en haute montagne. On n’a pas une quelconque intimité pour que soudain, je sache ce qui se passe chez toi. Pudeur: sentiment de honte, de gêne qu’une personne éprouve à faire, à envisager des choses de nature sexuelle (généralement). Gêne qu’éprouve une personne délicate devant ce que sa dignité semble lui interdire. Discrétion. Réserve. Retenue.
Pourquoi ces confessions? Pourquoi moi? Pourquoi maintenant? Parce que lorsque quelqu’un a fait le pas de démissionner, de larguer, de partir, de rompre, d’oser, il/elle donne envie. Il/elle donne l’exemple. Alors on a envie de lui avouer nos failles et nos faiblesses. De lui confier que nous aussi, on aimerait bien. De lui dire qu’on a le même fantasme, le même désir mais qu’il est refoulé. Parce que l’autre semble parfois plus fort(e). Plus solide. Qu’assis(e) à côté de nous, le visage serein avant de faire un pet scan et feuilletant un numéro de Femme Magazine d’avril 2003, il/elle donne envie qu’on lui raconte que ça ne va pas à la maison. Que ça ne va pas tout court. Que quand on le/la voit derrière son chariot rempli d’aliments gluten free, on a envie de lui faire part de nos sentiments sans honte aucune. De lui raconter que notre gamin est nul à l’école, que notre meilleure amie nous a trahi, qu’on vient de faire son coming out à nos parents médusés, notre abstinence imposée, notre salaire plus que moyen. Et l’autre éberlué(e) par autant d’intimité, ne comprend pas. Ne comprend pas pourquoi, sans crier gare, on vient de lui endosser le costume de psy ou de conseiller matrimonial. Il ne comprend pas et on le comprend. Parce qu’il est plus facile de parler à des quasi-inconnus. De se dévoiler, de s’épancher quand l’autre nous connaît à peine. Parce que quand on est entouré(e)s de gens qui ne sont pas et qui ne vivent pas comme nous, on ne sait plus à qui s’adresser. Parce qu’on se sent de plus en plus seul(e) peut-être?
Malheureusement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s