Faites vos jeux – Médéa Azouri, L’Orient-Le Jour, samedi 29 novembre 2014

Choisir. Faire des comparaisons entre plusieurs choses, exercer son jugement, user de son goût, etc., pour prendre, adopter quelque chose de préférence à quelque chose d’autre. Désigner. Sélectionner. Préférer, distinguer, opter, trancher. Trancher dans le vif ou dans le lard. Sauf que c’est difficile de dire qu’on exerce son jugement quand on ne sait jamais vraiment ce qui anime nos choix. L’inconscient (surtout), les circonstances, les principes, la volonté de bien faire, le désir d’appartenance et toutes les raisons qui nous appartiennent. Qu’est-ce qui a fait qu’un jour, on a fait ce choix-là. Pourquoi l’a-t-on fait ? Comment l’a-t-on fait ? Et, bien évidemment, pourquoi faisons-nous toujours les mêmes erreurs, les mauvais choix ? À moins d’avoir passé quelques années sur un divan (et encore) à comprendre ce qui inconsciemment nous pousse à nous planter inlassablement et de façon quasi récurrente, difficile de changer de cap. Et même après s’être allongé(e), après avoir trituré et gratté la face immergée de l’iceberg, essayé de comprendre notre Œdipe, nos névroses ou nos phobies, ri quelquefois, pleuré souvent ; même après ça, on réitérera la même erreur, le même mauvais choix parce que nous sommes configurés ainsi. On fera quelques petits réajustements, du fine tuning comme on dit mais, au final, rien ne changera vraiment. Sauf, si on le veut vraiment. Des mauvais choix, on en fait tous. À tous les niveaux, dans tous les domaines. Mauvais choix d’études déjà. On suit une formation d’ingénierie alors qu’on se préfère photographe ou artiste. On fait des études de médecine dentaire pour ne jamais exercer, parce qu’on a toujours préféré les planches. On devient médecin alors qu’on aurait aimé être autre chose. Mauvais choix à cause de la pression des parents. Mauvais choix de boulot ensuite. Parfois on n’a pas le choix, mais même quand on l’a, on peut se planter. Les circonstances ont fait qu’on ne pouvait pas faire autrement. Déménager et aller vivre ailleurs. À l’étranger. Pour un passeport. Parce que c’est peut-être plus vert là-bas. Se marier comme toutes ses copines. Épouser quelqu’un parce que la famille le veut. Ne pas vouloir essuyer des critiques ou des remontrances. Choisir le moindre mal, ou la solution de facilité. Par lâcheté ou par paresse. À cet instant donné, dans un contexte particulier. Par manque

d’expérience.
L’inconscient aussi, l’inconscient surtout. Il a conditionné nos choix amoureux. Toujours le même pattern. Le même type de mecs ou de bonnes femmes. Des voyous ou des p’tites frappes, des filles aux mœurs légères, des gold diggers. Des gens torturés pour qui on devient un souffre-douleur. Des gens qui font mal. Des gens qui n’apportent rien. Et des départs qu’on retarde, des relations qu’on n’arrive pas à stopper. Des relations inutiles. Des choix suicidaires. J’épouse le mauvais ou la mauvaise parce que je me punis. De qui, de quoi ? Une grande énigme. Qu’ils soient grands, petits, blondes, brunes, banquiers, losers, pétasses ou de bonne famille. Ce sera toujours le même profil, hors mensurations et autres mesures. La même histoire avec le même schéma. Je recherche ma mère, j’essaye d’oublier mon père. Un faux pas puis un autre, et encore un autre. Déterminés par quoi ? Ou par qui ? Eh oui, par qui ? Papa, maman, un(e) ex. Une mauvaise première histoire. Un conditionnement. On aimerait bien changer. Casser le destin. Avoir son libre arbitre et envoyer valser cette redondance. Rebelote. Pas toujours heureusement. Mais rebelote. Mauvais choix avec une démission, un nouveau job, une nouvelle femme, pas d’enfant, un troisième pour sauver le couple.
Mais alors, quoi faire ? Quoi faire pour ne pas se planter ? Jouer à pile ou face ? Consulter une voyante ? Faire le choix contraire ? Demander un signe dans le genre du rêve prémonitoire ? Apprendre. Juste apprendre du passé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s